Core in fronte investit la Chambre des territoires.

Mise en place de la structure lundi 16 avril à Bastia. Notre mouvement y fera valoir ses propositions pour l'équilibre de tous les territoires de Corse.

Dans son discours d'installation, le Président de l'Exécutif a souligné le fait que cette Chambre serait "ce que ses membres en feraient". En effet, d'un point de vue institutionnel cet outil qui rassemble presque toutes les Pieve de Corse est une page blanche. Il a regretté l'absence de certaines communautés de communes non représentées suite au scrutin interne. Pour notre part, nous considérons le fait que l'Exécutif de Corse siège au complet dans cette Chambre comme une anomalie démocratique. Nous lui suggérons donc de demander aux membres de l'Exécutif de Corse de ne pas siéger, afin de faire de la Chambre des territoires une véritable assemblée d'élus, représentants leurs collectivités. Les premiers débats ont été instructifs, sans tabous. Sur le déclin du rural, le problème des incendies dans des zones gagnées par maquis et forêts aux abords des villages, les échanges sont prometteurs. Des commissions ont été constituées. En perspective aussi, la question de savoir si des groupes politiques pourront être constitués officiellement. Ce qui ne gêne nullement Core in fronte dont les représentants Jean Baptiste Arena et Jean Luc Milo ont été élus par les maires sous l'étiquette "Core in fronte", les seuls dans ce cas. Lors des prochains débats, nous continuerons donc à être une voix libre mais clairement identifiée dans son projet pour changer la société Corse, la rendre plus performante et moins inégalitaire. Retrouvez ici l'intégralité de la déclaration de Jean Luc Milo :

SESSION D'INSTALLATION DU 16 AVRIL 2018 " Monsieur le Président, Chers collègues, Elu sur liste Core in Fronte au soir du 20 mars, je voudrais tout d’abord en mon personnel et en celui de mon collègue JB Arena remercier les Maires qui nous ont apporté leurs suffrages et ont choisi une voie différente, une vision différente également, exprimant finalement une opposition, voire une défiance à ceux qui autoproclamés avec des soutiens de poids se voyaient déjà en haut de l’affiche. Les Maires, ces élus de proximité, celles et ceux qui sont les plus nombreux, celles et ceux que l’on écoute souvent le moins d’ailleurs, notamment les Maires du rural ont à plus de 20 % décidé de nous faire confiance. Nous vous le disons ici, nous saurons honorer cette marque de confiance. Nous travaillerons dans l’intérêt général comme nous le faisons au quotidien dans nos Communes et intercommunalités et pour l’ensemble des mandats locaux que nous détenons. La Chambre des Territoires n’a ni pouvoir de décision ni budget propre, nous le déplorons. La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, dite Loi NOTRe, qui comporte plusieurs dispositions relatives à la Corse a porté sur les fonts baptismaux « la conférence de coordination des collectivités territoriales » depuis renommée « Chambre des Territoires ». Un petit clin d’œil à l’histoire : je rendrai hommage à l’’illustrissime Jean-Michel Baylet, éphémère ministre de la République Française, qui a eu le temps de faire d’incessants allers-retours en Corse avant de retomber dans l’anonymat le plus total. Nous verrons le résultat à l’usage du fonctionnement de cette instance et ce que l’on voudra en faire. En attendant, l’aménagement du territoire, l’aide aux communes et tout ce qui touche de près ou de loin aux territoires pourra être débattu sous votre présidence. Nous participerons dans un état d’esprit constructif mais sans concession sur certains sujets ; nous exigerons des réponses pour nos Communes qui souffrent et pour lesquelles la solidarité doit être de tous les instants. Nous ne comptons pas remplacer les conseillers territoriaux mais nous espérons les éclairer durablement car au plus près du terrain nous savons nous aussi ce qui doit être fait pour nos territoires. Nous avons à présent la légitimité issue des urnes pour défendre nos idées comme nous l’entendons, dans nos différences car elles existent. Nous avons essentiellement l’espoir que tous les sujets pourront être débattus, que dans cette chambre des territoires l’on ne viendra discourir sans finalement au bout en tirer la substantifique moelle. Nous vous le disons tranquillement, nous croyons que le peuple attend également beaucoup de nous, de notre capacité à être force de propositions, que cette instance soit un vrai lieu de débat et non un lieu ou l’on viendrait dire amen à tout. Je vous remercie."

Francate u passu cù Noi ... Daper Noi - Vous aussi, rejoignez la démarche.


Retour